Présentation scientifique

Conférence Ecologie fonctionnelle et environnement

Des décennies de surexploitation, de destruction d’habitats, de contamination des écosystèmes et de pollution atmosphérique ont conduit à une crise globale de la biodiversité.
Dans différentes parties du monde, des plans d’action et politiques nationales plus ou moins comparables sont mis en œuvre pour répondre à la même problématique : si le Développement apporte des bénéfices considérables aux citoyens des nations, il a un impact considérable, qu'il soit lié au changement climatique ou à la dynamique et aux effets toxiques d'agents d'origine anthropique ou naturelle, sur la biodiversité au sens large, des gènes aux écosystèmes et aux processus. En particulier, il est reconnu que la perte de biodiversité aggrave les problèmes liés au changement globaux, et que les deux phénomènes se renforcent mutuellement.

Les espèces n’ont pas qu’une valeur patrimoniale ou socio-économique, elles ont aussi un impact sur des processus fonctionnels qui soutiennent ou affectent les populations humaines. En termes de soutien par exemple, les espèces sont aussi impliquées dans la capture, la conversion et le transfert d’énergie et de nutriments au sein des écosystèmes. En termes de risque, des espèces génèrent directement ou indirectement des nuisances aux retombées écologiques, sanitaires et/ou économiques considérables (ex. espèces envahissantes, vecteurs).

Il est évident que les changements globaux, ont commencé à affecter la distribution des espèces, le fonctionnement des écosystèmes et par conséquent les services rendus pour l’homme. Cependant, de nombreuses questions restent en suspens comme par exemple la façon dont ces changements vont impacter les cycles biogéochimiques, les flux d’énergie et de nutriments au sein des écosystèmes.

Par conséquent, ces incertitudes reflètent notre méconnaissance des relations entre changement global, structure des réseaux d’interactions et fonctions écosystémiques, et appellent à l’émergence d’une approche scientifique intégrant diverses approches et concepts de la paléoécologie, de la biologie des organismes, de l'écotoxicologie, de l’écologie des communautés, de la biologie de la conservation, de la biogéochimie et de l’écologie quantitative et fonctionnelle.

C'est l'objet de l'organisation de ce colloque qui se structurera autour des thématiques transverses de recherche du laboratoire EcoLab. Cette manifestation prévoit de rassembler les chercheurs régionaux, nationaux, européens et internationaux travaillant sur ces thématiques et permettra de donner une lisibilité notable aux travaux de recherche de notre laboratoire. Les étudiants de Master seront conviés à assister aux sessions scientifiques.

Langue de la conférence : Anglais

 

Thématiques abordées

Session 1 – Changements globaux et cycles biogéochimiques

Quels sont les facteurs environnementaux majeurs qui régulent les transferts de matière au sein et entre les écosystèmes continentaux
 
Quels sont les impacts des changements globaux (changement climatique, "artificialisation des terres", usage de l'eau, contamination etc...) sur ces transferts ?
 
Cette session se propose de discuter le rôle majeur des interactions entre communautés d'organismes vivants et les cycles biogéochimiques. Les rétroactions potentielles avec les changements globaux affectant ces interactions seront plus particulièrement abordées.
 
 
Session 2 – Influence de l’environnement biotique et abiotique sur la dynamique de la biodiversité et le fonctionnement des écosystèmes
 
Comment les changements spatio-temporels dans la biodiversité et/ou l’environnement affectent-ils les interactions intra- et inter-phyla/groupes écologiques ?

Comment l'environnement géochimique détermine-t-il l'impact des contaminants sur la biodiversité, des individus aux écosystèmes ?

 
Session 3 Trajectoires fonctionnelles des écosystèmes suite à des perturbations
 
Quelle est la capacité des écosystèmes à retourner à un état initial (résilience) après une perturbation ?
 
Quels sont les états d’équilibre nouveaux ?
 
Cette session se propose de discuter si la résistance et la résilience des systèmes aux perturbations sont liées aux stratégies fonctionnelles et/ou traits de vie des organismes et d'évaluer si les changements dans la biodiversité sont la cause ou la conséquence des changements du fonctionnement des écosystèmes. D'un point de vue temporel, un des objectifs sera de discuter dans quelle mesure les impacts anthropiques affectent les écosystèmes de façon irréversible, montrant ainsi que les écosystèmes contemporains sont hérités de l’histoire.
 
 
Session 4 Services écosystémiques dans les zones particulièrement sensibles aux changements globaux
 
Comment les changements globaux modernes et les perturbations locales (récentes et passées) modifient-ils les services écologiques rendus par les écosystèmes ?
 
Peut-on prédire l’évolution future des services écosytémiques rendus, et par quels moyens ?
 
Cette session se propose de discuter de ces questions en se focalisant principalement sur les zones particulièrement sensibles aux changements globaux comme les zones humides, les milieux arides, les milieux montagnards et les zones urbaines.
 
 
affiche_1_FG_1.jpg
 
Personnes connectées : 1